Jean-Luc Nancy: Sexistence

Paris: Galilée, 2017

DOWNLOAD
(.pdf)


Le sexe, libéré ou déchaîné ? consommé ou consumé ? Excitant ou existant ? Pornographique ou philosophique ? Peut-être inclassable et indiscernable ?

La pulsion propulse et menace. La vie éclot et épuise. Le désir se lève, s’emporte et s’égare ou bien s’éteint. La civilisation s’épanouit et se déchire ; elle renonce à l’obscénité et mobilise la violence. Le sexe est à la croisée des chemins, là où le désir se trouble en amour, là où le renoncement peut se renoncer lui-même et ouvrir à un art supérieur. Kant voit dans le sexe un rapport entre la puissance naturelle et l’art de recevoir cette puissance – masculin et féminin en tant que nature et culture. Freud ne pense pas que l’amour puisse apaiser la rage destructrice – mais le parallèle qu’il trace entre le sexe et l’art préserve la possibilité que la pulsion trouve une forme. C’est-à-dire une façon de faire sens.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: